La Présence, Représentation et intégration des personnes handicapées dans les émissions de télévision

Rapport final présenté par
l'Association canadienne des radiodiffuseurs

Canadian Association of Broadcasters 

le 16 septembre 2005





Table des matières

Avant-propos

Historique

Le Comité directeur

Le Comité de prise de contact

L'Étude de recherche

Initiatives, Tools and Recommendations

Rapport du Groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision

La mise en œuvre des initiatives

Refléter les constatations découlant de la recherche : initiatives, mécanismes et recommandations

Recommandations à l'intention des partenaires de l'industrie

Évaluer le progrès

Initiatives, mécanismes et recommandations

Recommandations à l'intention des partenaires de l'industrie

Annexe - Les membres du comité de prise de contact de l'ACR





Avant-propos

En sa qualité de porte-parole national des radiotélédiffuseurs privés du Canada, représentant la grande majorité des services de programmation privés canadiens, y compris les stations de radio et de télévision, les réseaux et les services de télévision spécialisée, payante et à la carte, l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) est heureuse de présenter, au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), son rapport sur la recherche concernant La présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision (le rapport).

Les télédiffuseurs privés du Canada se sont engagés à assurer davantage de diversité au sein du système de télédiffusion canadien, tant à l’écran que derrière l’écran. C’est d’ailleurs cet engagement qui fut l’élément central du rapport du Groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision, lequel a fourni tant aux télédiffuseurs qu’aux partenaires de l’industrie une base de recherche et de pratiques exemplaires complète pour qu’ils puissent assurer une meilleure place aux groupes ethnoculturels et aux Autochtones au petit écran et dans l’industrie de la télévision.

La présente étude de recherche sur la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision nous a permis d’acquérir un grand nombre de nouvelles connaissances et d’identifier plusieurs nouvelles idées sur la diversité, grâce aux consultations à grande échelle que nous avons effectuées ainsi qu’au Forum des parties prenantes qui fut des plus réussis et à la recherche sur les pratiques exemplaires dans d’autres pays.

Vu l’expérience positive résultant de cette recherche et grâce au rapport détaillé qui suit, les télédiffuseurs privés du Canada sont convaincus d’avoir jeté les bases du changement sur lesquelles ils pourront, en collaboration avec leurs partenaires de l’industrie, construire à l’avenir un environnement dans lequel les personnes handicapées seront équitablement représentées sur le plan de la présence, de la représentation et de l’intégration à la télévision privée du Canada.

Historique

En janvier 2004, le Conseil canadien de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) publiait l’avis public 2004-2, Préambule aux décisions de radiodiffusion CRTC 2004-6 à 2004-27 renouvelant les licences de 22 services spécialisés.

Dans l’avis public 2004-2, le Conseil a soulevé la question de la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision. Lors de l’audience sur le renouvellement des licences de ces services de télévision spécialisée, plusieurs intervenants ont exprimé leurs préoccupations en ce qui concerne certaines questions relatives aux personnes handicapées et on en a également discuté avec l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) lorsque celle-ci a fait son intervention.

Par conséquent, le Conseil a demandé, dans son avis public 2004-2, que l’ACR élabore et lui présente un plan d’action indiquant les mesures qu’elle propose pour examiner et traiter ces questions.

Sous la direction de son Comité mixte des questions sociétales (CMQS), lequel se compose de personnes de tous les secteurs de l’industrie de la radiotélédiffusion et se charge des questions de politique sociale touchant l’industrie, l’ACR a tenu plusieurs consultations et effectué de la recherche afin d’élaborer le plan d’action qui a été déposé au Conseil en août 2004.

Le plan d’action proposait les initiatives suivantes :

L’ACR a également proposé la création de mécanismes pour aider ses télédiffuseurs membres à faire avancer les efforts en vue d’assurer la participation des personnes handicapées dans l’industrie et de régler les questions relatives à leur présence et à leur représentation au petit écran.

Dans une lettre qu’il faisait parvenir à l’ACR le 15 novembre 2004, le CRTC y déclarait qu’il était satisfait de la stratégie proposée par l’ACR et soulignait que « la richesse de renseignements fournis dans le plan d’action … témoigne de la valeur d’une approche axée sur la consultation et la recherche envers ce processus. » [Traduction libre]

Avec le dépôt du rapport de recherche ci-joint, l’ACR a maintenant mené à bonne fin les initiatives mentionnées ci-haut qu’elle avait indiquées dans son plan d’action. Grâce aux étapes qu’elle a suivies pour élaborer le plan d’action, mettre les comités sur pied, effectuer la recherche et élaborer un rapport approfondi, l’ACR a pu réaliser un niveau de consultation significatif au sein du secteur des personnes handicapées au Canada. Elle a également acquis une quantité notable de nouvelles connaissances qui se reflètent dans l’éventail d’initiatives, de mécanismes et de recommandations à suivre.

Le Comité directeur

Le Comité directeur de l’ACR sur la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision (le Comité directeur) fut mis sur pied comme sous-comité du CMQS et chargé de guider le volet de la recherche et de recommander des initiatives pour les télédiffuseurs. Il se composait de représentants des services de langue française et anglaise de télévision générale et de télévision spécialisée et payante :

Sarah Crawford, CHUM Limited (présidente)

Kent Brown, APTN

Kim Carter, Alliance Atlantis

Ben-Marc Diendéré, Groupe TVA

Melanie Farrell, OMNI

Jerry Humes, Pelmorex

Jean-Pierre Laurendeau, Astral Media

Jonathan Medline, Global Television Network

Mark Prasuhn, Vision TV

Ruth Schreier, CORUS Entertainment Inc.

Fiona Sterling, CTV Television Inc.

Le Comité de prise de contact

Le Comité de l’ACR chargé de la prise de contact sur la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées fut mis sur pied dans le but :

Composé de personnes handicapées, dont plusieurs possédaient de l’expérience antérieure de l’industrie de la radiotélédiffusion, ce comité comptait les personnes suivantes :

Leesa Levinson
Actrice

Gavin Lumsden
Producteur exécutif, Rogers Television (Ottawa)

James McDonald
Expert-conseil et ancien président du Conseil d’administration de l’ACR (Toronto)

Don Peuramaki
Président, Fireweed Media (Toronto)

John Rae
Président, Alliance pour l’égalité des Canadiens aveugles (Toronto)

Janus Raudkivi
Journaliste (Toronto)

Enza Ronaldi
Coordonnatrice principale, Conseil consultatif de l’accessibilité
pour l’Ontario (Scarborough)

Rachael Ross
Présidente, Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire (Victoria)

Patrick Tanguay
Conseiller, Programmes et services d’entreprise, Agence spatiale canadienne (Longueuil)

La notice biographique de chaque membre du Comité de prise de contact figure à l’annexe.

L’Étude de recherche

L’ACR a retenu les services de CONNECTUS Consulting Inc. pour effectuer l’étude de recherche sur la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision (l’étude). Sous la direction du Comité directeur de l’ACR, l’étude s’est basée sur les méthodologies qualitatives suivantes :

  1. Les consultations de grande envergure, notamment des entrevues individuelles avec des représentants d’organismes non gouvernementaux sur le handicap (ONG des personnes handicapées), des personnes handicapées qui œuvrent dans le secteur de la radiotélédiffusion, des hauts fonctionnaires, des cadres supérieurs de l’industrie de la radiotélédiffusion et des représentants du secteur de la production au Canada.

    Nous avons interviewé 56 personnes représentant 43 organismes à travers le Canada entre le 31 mai et le 31 juillet 2005.

  2. Le Forum des parties prenantes le 15 juillet 2005 à Toronto, lequel a réuni 20 ONG des personnes handicapées, télédiffuseurs, acteurs et producteurs dans le cadre d’une discussion facilitée sur les questions, les obstacles, les mécanismes et les initiatives.

    Seize observateurs de plus, des domaines du gouvernement et de la télédiffusion, ont assisté au Forum, à savoir les membres du Comité directeur de l’ACR qui surveillaient la recherche, les membres de son Comité de prise de contact avec les personnes handicapées qui faisaient fonction de groupe consultatif pour l’étude, et deux hauts fonctionnaires du CRTC, Martine Vallée et Marie-Claude Mentor.

  3. La recherche sur les pratiques exemplaires et l’analyse de ces pratiques, lesquelles étaient orientées vers les initiatives de l’industrie de la télédiffusion et les initiatives liées à l’industrie au Royaume-Uni aux États-Unis et au Canada.

L’ACR est consciente du fait qu’il était indiqué dans le plan d’action et dans la réponse qu’y a faite le CRTC que des groupes de discussion feraient partie du volet de recherche. Toutefois, suite à des discussions subséquentes avec l’équipe de recherche, on a constaté qu’il serait nettement plus avantageux de tenir un forum des parties prenantes pour réunir, pendant une journée, les représentants du secteur des personnes handicapées, les télédiffuseurs et les organismes liés à l’industrie dans le cadre d’une discussion facilitée. On en est venu à la conclusion, entre autres, qu’à la différence des groupes de discussion, le Forum des parties prenantes permettrait la participation de spécialistes des questions relatives aux personnes handicapées, ainsi que d’un échantillon plus large de représentants du secteur des personnes handicapées au Canada.

Ainsi, le Forum des parties prenantes, lequel a eu lieu vers la fin des volets des consultations et des pratiques exemplaires, a permis de guider les discussions et servi de lieu d’échange sur les résultats préliminaires découlant de la recherche. Grâce à cette approche globale, nous avons pu obtenir des observations étoffées qui sauront bien servir les initiatives en vue de favoriser la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision.

La méthodologie reliée à cette recherche a permis d’élaborer un rapport complet dans lequel on trouvera de façon détaillée les enjeux et les obstacles qui mettent les personnes handicapées au défi, tant dans la société que dans les émissions de télévision. Elle a permis également de proposer une série de mécanismes pour aider les télédiffuseurs à faire participer davantage les personnes handicapées à notre industrie et à s’attaquer aux questions de leur présence et de leur représentation au petit écran.

Le rapport sur la recherche ci-joint présente l’ensemble des constatations découlant de l’étude. Le Comité directeur et le Comité de prise de contact de l’ACR ont examiné ces constatations de près et conviennent que les points qui suivent sont les points clés sur lesquels ils se sont entendus pour mettre des initiatives en place qui pourront améliorer la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision :

  1. Les radiotélédiffuseurs du Canada s’attachent à créer et à mettre en œuvre des initiatives qui pourront améliorer et favoriser la diversité au sein de leur industrie. Comme le sait le Conseil, en 2004 le Groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision lui a présenté un rapport majeur faisant état de son étude sur la présence des minorités visibles et des Autochtones au petit écran et au sein de l’industrie de la télévision. Les télédiffuseurs font état de leurs initiatives à cet égard dans le rapport annuel sur la diversité que chacun d’eux remet au CRTC. En 2004, on élargissait la portée du rapport sur les initiatives au chapitre de la diversité pour y inclure celles qui s’adressent aux personnes handicapées.

  2. Les radiotélédiffuseurs privés du Canada sont d’avis que tous les médias, tout particulièrement la télévision, sont en mesure de jouer un rôle prépondérant pour ce qui est de modifier les attitudes du public sur les questions sociales, et que davantage de visibilité, des représentations plus exactes et des messages positifs peuvent avoir une influence notable sur la mesure dans laquelle la société accepte d’inclure certaines personnes. Les groupes consultés dans le cadre de cette étude ont tous repris ce point de vue à leur compte.

  3. Lors des consultations effectuées dans le volet de la recherche, nous avons découvert qu’il existe une attitude très répandue en faveur des avantages commerciaux d’assurer la diversité en radiotélédiffusion, plus précisément les avantages commerciaux d’inclure les personnes handicapées dans le domaine de la télévision, tant à l’écran que derrière l’écran.

    Cette opinion est fondée sur certaines constatations, notamment
    que (i) davantage de présence à l’écran et de représentation exacte aura l’effet d’atteindre et d’accroître non seulement les auditoires composés de Canadiens handicapés, mais aussi ceux qui comptent leurs familles, leurs amis et les personnes soignantes, (ii) les télédiffuseurs peuvent obtenir un avantage concurrentiel en exploitant toutes les sources de créativité à leur disposition, les personnes handicapées y compris, et (iii) l’adaptation du milieu pour les employés handicapés par des moyens comme des portes automatiques, des rampes, etc., représente un avantage éventuel pour tous les employés de l’industrie de la radiotélédiffusion.

  4. Les personnes consultées s’accordent généralement pour dire que la présence de personnes handicapées à l’écran et derrière l’écran est très peu élevée et qu’on présente encore des images négatives.

    Toutefois, selon les résultats découlant de la recherche et des discussions effectuées par le Comité directeur et le Comité de prise de contact de l’ACR, les télédiffuseurs et les représentants du secteur des personnes handicapées sentent que le climat actuel est fort propice pour apporter des changements positifs. Cela tient à (i) la réaction positive qu’ont suscité cette recherche, ainsi que son approche inclusive envers les consultations et les échanges, dans le secteur des personnes handicapées, et (ii) la perception qu’on a récemment réalisé quelques progrès pour ce qui est de la présence au petit écran et de la représentation plus exacte des personnes handicapées.

    Par conséquent, les deux comités conviennent qu’il faut entreprendre des initiatives à court et à long terme pour tirer parti de ce mouvement vers le changement.

  5. Les télédiffuseurs tiennent à améliorer la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées par le biais des initiatives spécifiques indiquées plus bas, mais leur succès dépend, en fin de compte, de l’engagement de leurs partenaires envers le progrès et l’amélioration. Comme le soulignent les auteurs du rapport, c’est notamment le cas en ce qui concerne le secteur de la production indépendante au Canada. Dans ce secteur, les émissions sont conçues et créées dans le but de les vendre à d’autres télédiffuseurs et fournisseurs de contenu et de les faire distribuer par ces derniers. Nos recherches nous révèlent que les producteurs indépendants, ainsi que les écrivains, les régisseurs de distribution des rôles, les metteurs en scène et d’autres personnes responsables de la création ont un rôle essentiel à jouer pour faire en sorte qu’on présente davantage de personnes handicapées à l’écran ainsi qu’une image plus exacte de ce secteur de la population.

  6. Dans le système de télédiffusion, le canal communautaire joue un rôle très important en tant que point d’accès aux ondes pour les Canadiens. Comme le font remarquer les auteurs du rapport, les entreprises de câblodistribution peuvent donner un coup de main solide aux efforts en vue d’assurer l’inclusion en ouvrant, par le biais du canal communautaire, la voie aux émissions réalisées ou mettant en vedette des personnes handicapées et en se faisant un endroit de formation pour les personnes handicapées.

  7. Le secteur de l’éducation au Canada joue un rôle fondamentalement important sur le plan du perfectionnement de ressources humaines pour l’industrie. Épaulés par les télédiffuseurs et les partenaires de l’industrie, les éducateurs de tous les niveaux peuvent jouer un rôle des plus importants dans l’orientation des étudiants handicapés vers une carrière dans le domaine de la télévision ou de la production télévisuelle.

  8. 8) Dans un univers où l’évolution de la technologie et la convergence du contenu sont monnaie courante, il est important de favoriser l’inclusion de personnes handicapées dans tout l’éventail des médias et des plates-formes de distribution. À mesure que le contenu vidéo devient disponible sur téléphone cellulaire et par d’autres moyens et à mesure que des liens deviennent possibles entre divers genres de fournisseurs et de distributeurs de contenu, les occasions d’inclure les personnes handicapées – acteurs, créateurs ou autres – vont bien au-delà de la télévision.

  9. 9) De tous les mécanismes que pourront utiliser les télédiffuseurs, l’établissement de la communication et du contact entre les télédiffuseurs et le secteur des personnes handicapées constitue le point de départ essentiel.

Initiatives, mécanismes et recommandations

L’ACR a tenu compte des aspects suivants pendant le processus d’élaboration des initiatives, des mécanismes et des recommandations :

Rapport du Groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision

L’ACR fait remarquer que sa recherche sur la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision diffère fondamentalement de la recherche effectuée auparavant par le Groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision (le Groupe de travail).

Il existe une différence très marquée entre ces deux domaines de recherche, notamment que l’étude effectuée par le Groupe de travail comportait un volet sur la recherche quantitative (c.-à-d. l’évaluation de la diversité culturelle à l’écran) et un autre sur l’analyse du contenu (c.-à-d. l’analyse de la présence à l’écran) en ce qui concerne les collectivités ethnoculturelles et autochtones du Canada qui furent le fondement non seulement de nombreuses recommandations, mais aussi de plusieurs pratiques exemplaires proposées.

Par contre, la recherche qui fait l’objet du présent rapport se fonde strictement sur l’aspect qualitatif. Aucune évaluation quantitative de la présence à l’écran n’a été effectuée, étant donné que le CRTC et le secteur de la télédiffusion privée s’accordaient généralement pour dire que très peu de personnes handicapées sont présentées à l’écran et que l’analyse de cet aspect produirait par conséquent très peu de résultats utiles.

N’oublions pas non plus que même si les personnes handicapées, les personnes issues de diverses ethnies et les Autochtones représentent des aspects importants de la diversité canadienne, il existe des différences propres aux personnes handicapées sur le plan des problèmes et des obstacles auxquels elles s’affrontent, que ce soit dans l’ensemble de la société ou dans le milieu de la télédiffusion.

Étant donné les méthodologies et les sujets de recherche différents, l’ACR est consciente du fait qu’on ne peut pas simplement calquer les initiatives, mécanismes et recommandations concernant la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision sur les pratiques exemplaires proposées par le Groupe de travail sur la diversité culturelle et les recommandations découlant de ses travaux.

Toutefois, l’ACR note également que les télédiffuseurs examineront de près les pratiques exemplaires que propose le Groupe de travail sur la diversité culturelle dans son rapport, ainsi que les pratiques exemplaires qui figurent dans le rapport sur la recherche ci-joint, aux étapes de l’élaboration et de l’examen de leurs plans respectifs sur la diversité puisqu’elles les aideront probablement à concrétiser leurs initiatives concernant les personnes handicapées.

La mise en œuvre des initiatives

Lorsqu’il a élaboré les initiatives, les mécanismes et les recommandations qui suivent, le Comité directeur de l’ACR a convenu que leur mise en œuvre se fera à un de trois paliers possibles : (i) celui de chaque station, télédiffuseur ou groupe d’entreprises,
(ii) celui de l’ensemble de l’industrie de la télédiffusion, ou (iii) au sein d’autres secteurs désignés, comme celui de la production indépendante ou de l’éducation.

On a également constaté que le palier principal de mise en œuvre sera celui de chaque station, télédiffuseur ou groupe d’entreprises. Étant donné cette constatation, le Comité directeur de l’ACR, ainsi que son Comité de prise de contact, ont convenu qu’il revient aux télédiffuseurs d’élaborer et de mettre en œuvre des initiatives sur mesure qui cadreront avec leur propre réalité commerciale.

En conséquence, les initiatives, mécanismes et recommandations qui suivent sont tous conçus de sorte que les télédiffuseurs puissent les incorporer à leur plan d’entreprise respectif sur la diversité, le cas échéant, et les évaluer une fois par an par le biais du rapport annuel qu’ils sont tenus de présenter au CRTC.

N’oublions pas toutefois que le système de télédiffusion et les marchés qu’il dessert sont très complexes et diffèrent beaucoup les uns des autres. Certains télédiffuseurs exploitent leurs entreprises sur des marchés urbains à forte densité, alors que d’autres desservent des petits centres de population. En ce qui concerne l’élaboration et la mise en œuvre des initiatives en matière de diversité, cela signifie qu’il n’existe pas de « taille universelle ». Bien que l’objectif général soit de veiller à davantage de diversité au sein du système, les télédiffuseurs individuels devront adapter leurs initiatives à leurs besoins commerciaux et opérationnels.

Prenons à titre d’exemple l’initiative britannique, Broadcasting and Creative Industries Disability Network (BCIDN), qui est décrite à l’Annexe A du rapport sur la recherche. Même s’il est vrai que tous les télédiffuseurs du Royaume-Uni y souscrivent et la soutiennent, chaque télédiffuseur a sa propre façon de mettre les initiatives en œuvre qui tienne compte de la réalité de son marché propre.

Refléter les constatations découlant de la recherche : initiatives, mécanismes et recommandations

Comme nous le mentionnons dans l’avant-propos, cette recherche a pour but d’établir une base solide pour la prise de mesures assurant la présence, la représentation et l’intégration équitables des personnes handicapées à la télévision. Pour ce faire, le Comité directeur de l’ACR, ainsi que son Comité de prise de contact, ont examiné de près tous les aspects des pratiques exemplaires et du rapport sur la recherche afin de déterminer les initiatives, mécanismes et recommandations clés indiquées ci-dessous qu’il y a lieu d’élaborer et de mettre en œuvre dans l’avenir immédiat, à savoir pendant les 12 à 24 prochains mois.

Le Comité directeur de l’ACR s’est basé sur les questions essentielles qui ont été soulevées par les personnes handicapées, les télédiffuseurs, les partenaires de l’industrie et d’autres parties prenantes pendant le volet de la recherche pour établir la façon d’envisager ces initiatives, mécanismes et recommandations. Les dix problématiques dont nous faisons état ci-dessous servent de fondement pour l’ensemble des objectifs, des mécanismes et du calendrier d’exécution dans chaque cas.

On trouvera un tableau sommaire en cliquant ici.

Problématique :

A) Attitudes négatives et conceptions erronées concernant les personnes handicapées

La question prépondérante qui ressort clairement de la recherche est celle des attitudes négatives au niveau social, des conceptions erronées et de la mésinformation concernant les personnes handicapées et vivre avec un handicap.

Il y a peu de doute que les télédiffuseurs peuvent exercer une influence notable sur l’attitude et les perceptions du public au sujet des personnes handicapées, et qu’ils peuvent par conséquent prendre des mesures concrètes pour favoriser un changement d’attitude.

Les télédiffuseurs privés du Canada tiennent à accroître la présence à l’écran des personnes handicapées, à améliorer leur représentation dans les émissions de télévision et à augmenter leur taux de participation à l’industrie par le biais des initiatives indiquées ci-dessous.

Mécanismes :

  1. L’ACR élaborera un message d’intérêt public (MIP) qui pourra être diffusé à l’antenne de ses stations membres dans le but de favoriser un changement positif de l’attitude du public concernant les personnes handicapées.

  2. L’ACR examinera ses codes régissant le contenu diffusé par l’industrie afin de régler les problèmes relatifs à la représentation, à la télévision, des personnes handicapées qui ont été soulevés pendant la recherche. Il s’agit des codes de l’ACR suivants qui veillent à la responsabilisation des radiotélédiffuseurs pour le contenu qu’ils diffusent : le Code de déontologie, le Code concernant les stéréotypes sexuels à la radio et à la télévision et le Code d’application volontaire concernant la violence à la télévision.

Mise en œuvre :

  1. Après avoir obtenu des commentaires et suggestions de la part de représentants du secteur des personnes handicapées au Canada, l’ACR coordonnera et entreprendra le lancement du MIP pour l’automne de 2006.

  2. Suite aux recommandations formulées par le Groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision, l’ACR est à revoir ces codes pour régler les problèmes et répondre aux préoccupations qui ressortent de la recherche effectuée par le Groupe de travail. L’ACR a déjà indiqué au Conseil qu’elle tiendra compte des questions découlant de la recherche effectuée dans le cadre de ce rapport lorsqu’elle examinera les codes. L’Association compte terminer son examen des codes régissant le contenu diffusé par l’industrie d’ici le printemps de 2006.

Problématique :

B) Présence minimale des personnes handicapées (emplois) dans l’industrie

Les personnes handicapées ont une présence minimale, surtout en ce qui concerne l’emploi, dans la programmation télévisuelle. Cette situation est largement attribuable au manque de communication et d’information en format accessible pour les personnes handicapées sur les possibilités d’emploi dans l’ensemble de l’industrie de la télédiffusion.

Dans ce cas-ci, l’objectif de l’ACR consiste à accroître l’accès du secteur des personnes handicapées aux renseignements sur les possibilités d’emploi dans le domaine.

Mécanismes :

Au palier de l’industrie

  1. L’ACR élaborera une trousse de renseignements sur les emplois au sein des secteurs de la télédiffusion et de la production qui sera distribuée à grande échelle aux télédiffuseurs, aux éducateurs et au secteur des personnes handicapées. Cette trousse se composera de plusieurs éléments, dont une brochure expliquant les genres d’emplois disponibles dans ces deux secteurs. La brochure sera affichée sur le site Web de l’ACR dans la section Diversité en radiodiffusion et elle sera distribuée aux membres de l’ACR pour les salons de l’emploi et d’autres mesures de recrutement.

Au palier des télédiffuseurs

  1. Les télédiffuseurs créeront des bourses d’études, bourses ou stages, le cas échéant, afin d’orienter les étudiants handicapés vers une carrière en télédiffusion. Ils offriront également, le cas échéant, de la formation aux nouveaux employés handicapés ou créeront d’autres moyens d’initiation comme l’encadrement et le jumelage.

Mise en œuvre :

  1. L’ACR entamera le travail immédiatement par le biais des comités intéressés dans le but de terminer ce projet en 2006.

  2. Le cas échéant, les télédiffuseurs incorporeront ces mécanismes à leur plan d’entreprise annuel respectif sur la diversité qu’ils sont tenus de remettre au CRTC, de sorte que le Conseil puisse les étudier.

Problématique :

C) Répondre aux besoins des personnes handicapées au sein de l’industrie de la télédiffusion

La nécessité de répondre aux besoins des employés handicapés, tout particulièrement la nécessité de mieux répondre aux besoins des personnes handicapées au sein de l’industrie de la télédiffusion, a été soulevée pendant tout le processus de la recherche.

L’ACR s’est fixée l’objectif d’accroître l’intégration des personnes handicapées à l’industrie en répondant mieux à leurs besoins.

Mécanisme :

  1. L’ACR élaborera un séminaire de formation pour les gestionnaires du secteur de la télévision, lequel sera axé sur les suggestions faites par le secteur des personnes handicapées. Ce séminaire servira à sensibiliser l’industrie aux moyens spécifiques – et souvent efficaces par rapport au coût – de répondre aux besoins des personnes handicapées dans le milieu de travail de la télédiffusion.

Mise en œuvre :

  1. Pour mettre cette initiative en oeuvre, l’ACR se renseignera sur les cours de formation disponibles et la possibilité de les adapter au milieu de la télédiffusion. Par exemple, le Conseil canadien de la réadaptation et du travail offre une série de modules de formation et affiche des renseignements sur la formation sur son site Web. Le séminaire de formation sera conçu de sorte à l’offrir en 2006.

Problématique :

D) Problèmes quant à la présence et à la représentation négative des personnes handicapées dans les émissions dramatiques

Pour ce qui est des émissions dramatiques, les recherches de l’ACR révèlent deux principales préoccupations : (i) la présence toujours peu élevée de personnes handicapées à l’écran et (ii) la représentation souvent négative des personnes handicapées dans l’interprétation des rôles.

Les télédiffuseurs espèrent régler ces problèmes de concert avec leurs partenaires du secteur de la production indépendante en veillant à l’interprétation exacte des rôles et à l’exactitude de l’intrigue pour assurer l’amélioration de la représentation des personnes handicapées et de leur présence à l’écran.

La recherche a dévoilé plusieurs préoccupations quant à la présence et à la représentation des personnes handicapées dans le secteur de la production et aussi qu’il existe effectivement un manque de consultation et d’effort de la part du secteur de la production, ce qui entrave beaucoup l’inclusion.

Mécanismes :

  1. Les entreprises membres de l’ACR veilleront à ce que leurs partenaires du secteur de la production soient conscients de l’engagement des télédiffuseurs d’assurer la présentation positive et exacte des personnes handicapées à la télévision et y souscrivent. Cet objectif se réalisera par le biais, entre autres, des ententes de licence, des lignes directrices à l’intention des producteurs ou des contrats avec les producteurs.

  2. Les codes de l’ACR régissant le contenu diffusé par l’industrie serviront également de base pour la présentation positive des personnes handicapées dans les émissions. Par conséquent, l’ACR distribuera ces codes au secteur de la production une fois qu’elle aura terminé l’examen qu’elle en effectue à l’heure actuelle.

  3. L’ACR fera parvenir un communiqué au secteur de la production indépendante dans lequel elle énoncera ses initiatives au chapitre de la diversité, et elle soulignera également qu’il est absolument nécessaire que le secteur de la production indépendante s’engage activement à concrétiser plusieurs de ces initiatives.

Mise en œuvre :

  1. Les membres de l’ACR mettront ces initiatives ou des initiatives semblables en œuvre immédiatement.

  2. L’ACR compte avoir terminé son examen des codes régissant le contenu diffusé par l’industrie au printemps de 2006.

  3. L’ACR compte envoyer le communiqué en septembre 2005.

Problématique :

E) Problèmes quant à la présence et à la couverture inexacte ou quasi inexistante des questions se rapportant au handicap dans les émissions d’actualités et d’information

La recherche révèle également des préoccupations quant au fait que très peu de personnes handicapées paraissent en ondes et que la couverture des questions se rapportant au handicap dans les émissions d’actualités et d’information est inexacte ou pour ainsi dire inexistante.

Il ressort clairement de la recherche qu’il faut présenter davantage de personnes handicapées en ondes afin de déclencher un processus à plus long terme qui favorisera la présence plus prononcée des personnes handicapées à la télévision. Les résultats de la recherche témoignent également de préoccupations quant à la quantité, la qualité et l’exactitude des reportages sur les questions relatives au handicap dans les émissions d’actualités et d’information. Nous avons l’intention de régler ces problèmes.

Mécanismes :

Au palier de l’industrie

  1. 1) Par le biais de ses comités, l’ACR consultera l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT) dans le but de créer des initiatives de prise de contact à l’échelle locale et d’autres initiatives que les télédiffuseurs pourront mettre en oeuvre afin d’accroître les occasions de présenter des personnes handicapées à l’écran et d’assurer davantage de couverture des questions se rapportant au handicap.

Au palier des télédiffuseurs

  1. Les stations ou les services créeront des mesures de prise de contact à l’échelle locale avec la participation active du secteur des personnes handicapées de la localité, et développeront aussi des bases de données de spécialistes sur les sujets relatifs au handicap.

Mise en œuvre :

  1. Par le biais de ses comités, l’ACR amorcera des discussions sur ces sujets avec l’ACDIRT en 2005.

  2. Les initiatives des télédiffuseurs individuels iront de l’avant par le biais du plan annuel sur la diversité que chacun d’eux remettra au CRTC.

Problématique :

F) Utilisation de langage inapproprié à l’endroit des personnes handicapées dans les émissions d’actualités et d’information

Une préoccupation fondamentale ressort des consultations approfondies que l’ACR a effectuées à l’étape de la recherche, à savoir l’utilisation continue de langage inapproprié ou insensible à l’endroit des personnes handicapées dans les émissions d’actualités et d’information.

L’ACR est d’avis qu’il faut, de toute évidence, sensibiliser l’industrie de la télédiffusion au langage inapproprié.

Mécanisme :

  1. Épaulée par les commentaires et suggestions du secteur des personnes handicapées, ainsi que par la collaboration de l’ACDIRT, l’ACR élaborera des documents de sensibilisation sur le langage inapproprié. On songe à une brochure d’information qu’on distribuera aux membres de l’ACR et de l’ACDIRT et qu’on affichera sur le site Web de l’Association dans la section Diversité en radiodiffusion et sur les sites Web des membres.

Mise en œuvre :

  1. L’ACR examinera les initiatives en place sur le langage inapproprié et insensible et elle entreprendra ce projet de concert avec l’ACDIRT immédiatement dans le but de le terminer en 2006.

Problématique :

G) Manque de normes ou de sources de référence pour l’industrie concernant la présence et la représentation des personnes handicapées

En ce qui concerne la présentation des personnes handicapées dans les émissions de télévision, la recherche révèle une préoccupation générale quant à l’absence de normes ou de sources de référence pour l’industrie que les télédiffuseurs pourraient utiliser.

Mécanisme :

  1. Vu que ce genre de normes et de lignes directrices peuvent s’avérer utiles pour favoriser les initiatives des télédiffuseurs sur le plan de la diversité en vue d’assurer la présentation équitable et exacte des personnes handicapées dans les émissions télévisées, l’ACR tiendra compte du rapport sur la recherche
    ci-joint dans le cadre de son examen des codes régissant le contenu diffusé par l’industrie.

Mise en œuvre :

  1. L’ACR compte terminer son examen des codes régissant le contenu diffusé par l’industrie au printemps de 2006.

Recommendation:

Étant donné les constatations sur l’utilisation du langage inapproprié et insensible à l’endroit des personnes handicapées et le peu de couverture ou la couverture inexacte des questions relatives au handicap dans les émissions d’actualités et d’information, l’ACR recommande que l’ACDIRT révise son code de déontologie à la lumière de ces constatations.

Problématique :

H) Manque de communication et de prise de contact entre l’industrie de la télédiffusion et le secteur des personnes handicapées

The research findings show there is a fundamental lack of communications and outreach between the broadcasting industry and the disability community. The CAB’s objective is therefore to increase on-going, meaningful dialogue between the two sectors.

Mécanismes :

Au palier de l’industrie

  1. Pour faciliter l’intégration des initiatives de prise de contact aux plans d’entreprise sur la diversité des télédiffuseurs, l’ACR affichera la liste des groupes représentant les personnes handicapées par région sur son site Web dans la section Diversité en radiodiffusion.

  2. De plus, l’ACR a récemment pris des mesures pour faire en sorte que la section Diversité en radiodiffusion de son site Web soit accessible aux personnes handicapées. Elle exhorte ses membres et ses partenaires de l’industrie à entreprendre des mesures semblables pour favoriser la communication avec le secteur des personnes handicapées.

Au palier des télédiffuseurs

  1. Les télédiffuseurs individuels s’occuperont d’établir des contacts avec les organismes de personnes handicapées de leur localité respective.

  2. Les télédiffuseurs individuels mettront en place un mécanisme permettant de communiquer régulièrement avec le secteur des personnes handicapées.

Mise en œuvre :

Ces initiatives sont en cours et elles feront partie du plan d’entreprise sur la diversité de chaque télédiffuseur.

Problématique :

I) Manque de communication à l’interne parmi les télédiffuseurs au sujet des questions relatives au handicap, aux obstacles et aux initiatives

La recherche fait également ressortir qu’en général il existe un manque de communication au sein de l’industrie sur les questions relatives au handicap, aux obstacles et aux initiatives, ce qui à son tour souligne le besoin nettement évident d’améliorer la communication à l’interne.

L’objectif de l’ACR consiste à élaborer une série de documents et de mécanismes d’information qui permettront aux membres de l’ACR de mieux communiquer entre eux sur les questions, les obstacles et les initiatives se rapportant aux personnes handicapées.

Mécanismes :

  1. L’ACR tiendra ses membres au courant des initiatives concernant la diversité par le biais de ses comités. Par exemple, son Comité consultatif sur la diversité culturelle deviendra le Comité sur la diversité dont le mandat englobera les questions relatives au handicap.

  2. L’ACR communiquera des renseignements à ses membres sur les questions relatives au handicap, les obstacles et les initiatives par le biais de plusieurs véhicules d’information, entre autres le Bulletin-Éclair hebdomadaire, les rapports du Président et les chroniques dans les revues professionnelles.

  3. Dès 2005, le congrès de l’ACR fera partie des moyens de sensibiliser l’ensemble du secteur de la radiotélédiffusion le plus possible aux questions relatives au handicap.

  4. L’ACR fera en sorte que ce rapport soit disponible sur son site Web en format accessible.

Mise en œuvre :

Ces initiatives visant la communication à l’interne dans l’industrie commencent immédiatement, soit dès la publication du rapport sur la recherche en septembre 2005.

Recommandations à l’intention des partenaires de l’industrie

Secteur de la production indépendante

Les mesures en vue d’améliorer la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision revêtent une importance vitale pour les télédiffuseurs puisqu’ils souhaitent que leurs émissions reflètent la société canadienne dans son ensemble. Étant donné que le secteur de la production indépendante fournit la majorité des émissions dramatiques qu’achètent et diffusent les télédiffuseurs, il est essentiel que le secteur de la production indépendante participe à cette initiative.

Comme nous l’avons indiqué plus haut, les acteurs et les personnes responsables de la création qui sont handicapés participent très peu au secteur de la production indépendante, et on s’inquiète également du fait que l’intrigue et l’interprétation des rôles présentent des images négatives des personnes handicapées.

Par conséquent, l’ACR recommande que le secteur de la production indépendante prenne les mesures suivantes :

  1. Trouver des moyens pour augmenter et repérer la réserve de talents, à savoir les acteurs et les personnes responsables de la création qui sont handicapées, y compris les producteurs, les auteurs et les réalisateurs.

  2. Adopter des initiatives semblables à Mainstream Now! d’ACTRA de Toronto, laquelle aide les télédiffuseurs et les producteurs à trouver des talents dans le secteur des personnes handicapées.

  3. Augmenter leurs sites Web respectifs d’une section accessible sur la diversité qui servira pour canaliser les renseignements vers le secteur des personnes handicapées, les acteurs et les personnes responsables de la création, ainsi que d’autres parties prenantes.

L’ACR recommande aux associations de l’industrie touchées de mettre ces mesures en œuvre d’ici la fin de 2006.

Les canaux communautaires par câble

Comme nous l’indiquons dans le rapport sur la recherche, les entreprises de câblodistribution sont en mesure d’apporter une contribution précieuse aux objectifs de l’inclusion et de la diversité, car ils peuvent assurer la disponibilité et l’accessibilité du canal pour les initiatives de programmation des personnes handicapées et aussi fournir des installations de formation pour ces personnes.

L’ACR note que dans l’avis public de radiodiffusion 2002-61, Cadre stratégique pour les médias communautaires, le Conseil a réaffirmé que les objectifs globaux des médias communautaires sont les suivants :

L’ACR note également que les canaux communautaires qui sont câblodistribués ont établi plusieurs programmes de formation qui permettront d’offrir aux personnes handicapées de bonnes occasions de perfectionner leurs compétences. Étant donné que sa recherche indique qu’il faut davantage de possibilités de formation et d’encadrement pour les personnes handicapées, l’ACR recommande que les services de câblodistribution autorisés qui exploitent un canal communautaire élaborent et mettent chacun en œuvre un plan sur la diversité dont le but et de favoriser la participation des personnes handicapées à la programmation communautaire.

Autres partenaires de l’industrie

L’ACR recommande les mesures suivantes à ses autres partenaires de l’industrie, comme l’Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA), l’Union des artistes (UDA), la Writers Guild of Canada (WGC), l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ) et la Guilde canadienne des réalisateurs, pour n’en nommer que quelques-uns :

  1. Développer, tenir à jour et rendre accessible une base de données d’acteurs, de directeurs et d’auteurs handicapés, ainsi que des responsables de la répartition des rôles du domaine du handicap. Le développement de cette base de données doit se faire en consultation avec des gens du secteur des personnes handicapées.

  2. Élaborer une section accessible sur leurs sites Web respectifs pour canaliser les renseignements vers le secteur des personnes handicapées, les acteurs et les personnes responsables de la création, ainsi que d’autres parties prenantes.

Évaluer le progrès

Comme nous l’indiquons dans la section sur la mise en œuvre plus haut, les télédiffuseurs privés du Canada continueront à faire état d’initiatives et d’activités pour les personnes handicapées dans le rapport annuel sur la diversité que chacun d’eux remet au CRTC. Grâce à ce processus de rapports sur la diversité qui doivent régulièrement être remis au Conseil, les télédiffuseurs seront tenus de toujours évaluer les progrès réalisés quant à la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision.

De plus, dans son avis public 2005-24, Réaction du Conseil au rapport du groupe de travail sur la diversité culturelle à la télévision, le CRTC demandait à l’ACR de lui remettre chaque année un rapport sur la mesure dans laquelle on a réalisé les initiatives de l’industrie que le Groupe de travail avait recommandées. Par conséquent, l’ACR remettra également chaque année un rapport au CRTC sur les progrès réalisés au chapitre de la mise en œuvre des mécanismes et des initiatives indiqués dans ce rapport. L’ACR note qu’elle devra remettre son premier rapport le 21 mars 2006.

Initiatives, mécanismes et recommandations
La présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision

  Problématique Objectif Recommandation Mécanismes Calendrier et mise en oeuvre
A Attitudes négatives et conceptions erronées concernant les personnes handicapées Influencer le public et nos auditoires au sujet des personnes handicapées pour favoriser un changement d’attitude

1) Accroître la présence, la représentation et l’intégration des personnes handicapées à la télévision par le biais de toutes les initiatives indiquées

2) Élaborer un message d’intérêt public (MIP) pour diffusion à l’antenne des stations membres de l’ACR

  • MIP que tous les télédiffuseurs pourront diffuser n’importe quand
  • Codes de l’ACR régissant le contenu diffusé par l’industrie
L’ACR coordonnera et entreprendra le lancement du MIP pour diffusion à l’automne de 2006.
B Présence minimale des personnes handicapées (emplois) dans l’industrie Accroître l’accès des personnes handicapées aux renseignements sur les possibilités d’emploi dans le domaine de la télédiffusion Élaborer une trousse d’information sur les emplois au sein des secteurs de la télédiffusion et de la production qui sera distribuée à grande échelle aux télédiffuseurs, aux éducateurs et au secteur des personnes handicapées
  • Brochure accessible
  • Section sur la Diversité en radiodiffusion du site Web de l’ACR
  • Salons de l’emploi/recrutement
  • Bourses d’études et stages (au niveau des stations)
  • Encadrement et jumelage pour les nouveaux employés handicapés (au niveau des stations)
L’ACR entamera le travail immédiatement par le biais de ses comités dans le but de terminer en 2006.
C Répondre aux besoins des personnes handicapées au sein de l’industrie de la télédiffusion Accroître l’intégration des personnes handicapées dans l’industrie en répondant mieux à leurs besoins Élaborer un séminaire de formation pour les gestionnaires du secteur de la télévision, qui sera axé sur les suggestions faites par le secteur des personnes handicapées
  • Séminaire de formation
L’ACR se renseignera sur les cours de formation disponibles et la possibilité de les adapter au milieu de la télévision (p. ex. Conseil canadien de la réadaptation et du travail) – mise en œuvre en 2006.
D Problèmes quant à la présence et à la représentation négative des personnes handicapées dans les émissions dramatiques Accroître la présence; améliorer la représentation en veillant à l’exactitude de l’intrigue et de l’interprétation des rôles Que les télédiffuseurs veillent à la présentation d’images positives par le biais de leurs ententes de licences, lignes directrices ou contrats en place avec les producteurs
  • Ententes avec les producteurs
  • Codes de l’ACR régissant le contenu diffusé par l’industrie
  • Distribuer la version révisée des Codes au partenaires de l’industrie
Le Conseil d’administration de l’ACR entamera le processus en 2005 en envoyant un communiqué au secteur de la production indépendante.
E Problèmes quant à la présence et à la couverture inexacte ou quasi inexistante des questions se rapportant au handicap dans les émissions d’actualités et d’information Améliorer la présence en ondes des personnes handicapées et améliorer la couverture des questions relatives au handicap dans les nouvelles télévisées et les émissions d’information Consulter l’ACDIRT et le secteur des personnes handicapées sur l’élaboration de mesures de prise de contact à l’échelle locale et la création d’autres initiatives
  • Initiatives de prise de contact à l’échelle locale (p. ex. consulter les groupes de personnes handicapées)
  • Élaborer une base de données de spécialistes sur le sujet (au niveau des stations)
Par le biais de ses comités, l’ACR amorcera une discussion avec l’ACDIRT en 2005; l’avancement des initiatives sera assuré par le biais des plans des télédiffuseurs sur la diversité.
F Utilisation de langage inapproprié à l’endroit des personnes handicapées dans les émissions d’actualités et d’information Sensibiliser le secteur de la télévision au langage inapproprié et insensible sur une base permanente Après avoir obtenu les suggestions du secteur des personnes handicapées, l’ACR collaborera avec l’ACDIRT en vue d’élaborer des documents de sensibilisation sur le langage inapproprié.
  • Distribution d’une brochure d’information aux membres de l’ACR et de l’ACDIRT, qui sera aussi affichée en ligne en format accessible
L’ACR entreprendra ce projet avec l’ACDIRT immédiatement en vue de publier la brochure en 2006.
G Manque de normes ou de sources de référence pour l’industrie concernant la présence et la représentation des personnes handicapées Élaborer un ensemble de lignes directrices et de normes que les télédiffuseurs pourront utiliser Intégrer les normes et les lignes directrices au processus d’examen des codes de l’ACR régissant le contenu diffusé par l’industrie
  • Examen des codes de l’ACR régissant le contenu diffusé par l’industrie
Le processus d’examen est en cours et il fait appel au personnes handicapées. Il sera terminé au printemps de 2006.
H Manque de communication et de prise de contact entre l’industrie de la télédiffusion et le secteur des personnes handicapées Intensifier les échanges qui se poursuivent entre les deux secteurs Chaque télédiffuseur individuel devra établir des rapports avec les organismes de personnes handicapées de sa localité et mettre en place un mécanisme permettant de communiquer régulièrement.
  • Intégrer les initiatives de prise de contact des stations au plan d’entreprise sur la diversité.
  • Développer la section
    sur la Diversité en radiodiffusion du site Web de l’ACR pour en faire la source principale de renseignements sur les personnes handicapées et fournir des liens aux :
    • groupes de personnes handicapées par région
    • initiatives et activités des télédiffuseurs et des partenaires de l’industrie
  • Faire en sorte que le contenu de Diversité en radiodiffusion soit accessible
En cours – inclusion des initiatives dans les plans d’entreprise sur la diversité
I Manque de communication à l’interne parmi les télédiffuseurs au sujet des questions relatives au handicap, aux obstacles et aux initiatives Améliorer la communication au sujet des questions relatives au handicap et aux obstacles au sein de l’industrie de la télédiffusion Élaborer des documents et créer des mécanismes pour mieux communiquer des renseignements sur les questions concernant le handicap, les obstacles et les initiatives aux membres de l’ACR
  • Réorienter le mandat du Comité de l’ACR sur la diversité culturelle pour en faire le Comité de l’ACR sur la diversité
  • Communiquer des renseignements aux membres de l’ACR par le biais du Bulletin-Éclair, des rapports du Président, etc.
  • Maximiser la sensibilisation envers la question par le biais de la couverture dans des revues professionnelles et des publications grand public
  • Assurer la disponibilité du rapport et du document de recherche en ligne
  • Promouvoir les questions relatives à la diversité par le biais du congrès de l’ACR
  • Faire en sorte que la question des personnes handicapées demeure à l’ordre du jour des réunions des comités de l’ACR
Le processus commencera par la publication du Rapport de l’ACR en septembre 2005; l’ACR s’occupe actuellement de rendre le site Web davantage accessible.

 

Haut

Recommandations à l’intention des partenaires de l’industrie

Problématique Objectif Recommandation Mécanismes Calendrier et mise en oeuvre
Problèmes quant à la présence et à la représentation négative des personnes handicapées dans le secteur de la production indépendante Accroître la présence d’acteurs et de créateurs handicapés à l’écran et derrière l’écran, et présenter une image davantage exacte des personnages handicapés

Que le secteur de la production (i) prenne des mesures pour augmenter et repérer la réserve de talents (acteurs et créateurs) handicapés, et (ii) consulte les groupes des personnes handicapées et les spécialistes du handicap sur l’interprétation des rôles.

  • Les associations de producteurs, d’écrivains, de metteurs en scène, etc. devraient développer une ressource semblable à la publication Mainstream Now! d’ACTRA de Toronto.
  • Élaborer des sections accessibles sur la diversité sur les sites Web de l’industrie de la production et des associations de production
Recommander la mise en œuvre en 2006
Manque d’accès et de possibilités de formation Offrir des possibilités de formation et de perfectionnement des compétences à l’échelle locale Que le CRTC exige que les services de câblodistribution autorisés qui assurent un canal communautaire déposent chacun un plan sur la diversité dans lequel on fait état des initiatives en vue de favoriser la participation des personnes handicapées à la programmation communautaire.
  • Élaborer des plans sur la diversité et présenter régulièrement des rapports
Recommander la mise en œuvre en 2006
Utilisation de langage inapproprié à l’endroit des personnes handicapées dans les émissions d’actualités et d’information et couverture inexacte ou quasi inexistante des questions se rapportant au handicap dans les émissions d’actualités et d’information Améliorer la présence et la représentation en ondes des personnes handicapées et améliorer la couverture des questions relatives au handicap dans les nouvelles télévisées Que l’ACDIRT consulte avec le secteur des personnes handicapées sur comment améliorer la représentation des personnes handicapées et la couverture des questions relatives au handicap dans les nouvelles télévisées
  • Examen du code de déontologie de l’ACDIRT à la lumière de ces constatations
Recommander l’examen le plus tôt possible conjointement avec l’examen des codes de l’ACR régissant le contenu diffusé par l’industrie

 

Annexe – Les membres du comité de prise de contact de l’ACR

James B. Macdonald dirige sa propre société de conseil, surtout axée sur le milieu de la radiodiffusion et des communications. Il a occupé plusieurs postes cadres dans l’industrie de la radiodiffusion, notamment ceux de vice-président principal et chef des services média chez BCE Media Inc., de président et chef de la direction chez WIC Television Ltd. et WIC Entertainment Group Ltd. (Western International Communications), de président et chef de la direction chez Niagara Television Limited, ainsi que plusieurs postes de haute direction chez Rogers Broadcasting Limited.

M. Macdonald est actuellement membre du conseil d’administration de l’Ontario Association of Broadcasters et de Stornoway Communications, administrateur de la fondation du Doctors Hospital (rebaptisé Kensington Health Centre), représentant de l’industrie auprès du Comité national de la télévision générale du Conseil canadien des normes de la télévision, et membre du conseil d’administration de LOVE (Leave Out Violence Everywhere). Dans le passé, M. Macdonald a présidé le conseil d’administration de l’Association canadienne des radiodiffuseurs et celui de Télévision numérique canadienne (TVNC), et a été l’un des administrateurs du Festival de télévision de Banff. Il a également siégé aux conseils d’administration de WIC Television Ltd., de Niagara Television Limited, de WIC Entertainment Ltd., de Report on Business Television (ROBtv), du Bureau de la télévision du Canada inc., du Doctors Hospital, du Centre hospitalier Chedoke-McMaster et de la Children's Aid Society de Toronto.

En 1997, l’Ontario Association of Broadcasters lui a remis le prix du radiotélédiffuseur de l’année et en 2004, l’Association canadienne des radiodiffuseurs lui décernait l’Ordre du mérite de la radiotélédiffusion.

John Rae est président de l’Alliance pour l’égalité des personnes canadiennes aveugles (Alliance for Equality of Blind Canadians, AEBC). M. Rae a fait carrière pendant 24 ans dans la fonction publique en Ontario et occupé différents postes dont ceux d’agent de programme auprès de la Direction générale de l’accessibilité du ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration de l’Ontario, de conseiller pour le Centre for Disability and Work, et d’agent d’éducation auprès de l’ex-Commission pour l’équité en matière d’emploi.

M. Rae a fait partie du conseil d’administration de nombreux organismes œuvrant pour les droits de la personne et pour ceux des personnes handicapées. Il a présidé plusieurs autres de ces organismes, dont Pal Reading Services, l’Association canadienne d'assistance juridique, d'information et de recherche des handicapés, la Blind Organization of Ontario with Self-Help Tactics (BOOST), et le Don Vale Community Centre, et il a co-présidé la coalition pour les droits de la personne handicapée qui a obtenu la première reconnaissance des droits des personnes handicapées en Ontario. Il représente actuellement l’AEBC au Conseil national des représentants du Conseil des Canadiens avec déficiences (CCD). En 2000, il a reçu le prix des droits de la personne décerné à un particulier par le Syndicat des employé-e-s de la fonction publique de l’Ontario (Sefpo).

En juin 2004, M. Rae a été élu au conseil d’administration du Canadian Centre on Disablity Studies, où il fait valoir le point de vue du consommateur dans toutes les recherches effectués par le Centre. Il a récemment été nommé au Forum canadien sur l’apprentissage en tant que représentant du CCD.

Don Peuramaki a une vaste expérience des médias, qu’il s’agisse de radio, de production de vidéo, d’arts visuels ou de musique. Il est actuellement président de Fireweed Media Productions Inc., une entreprise indépendante de production dont propriétaires et exploitants sont des personnes handicapées.

Parmi ses réussites à titre de principal producteur délégué, il faut souligner une co-production hebdomadaire télévisée intitulée Disablity Network (DNET) présentée chaque semaine depuis huit ans au réseau anglais de Radio-Canada et plusieurs fois primée, ainsi qu’une émission spéciale de deux heures produite pour le service des sports de la CBC sur les Jeux paralympiques de 1996, qui a rejoint plus d’un million et demi d’auditeurs. Pour DNET et d’autres projets média, il a formé et employé plus d’une cinquantaine de personnes handicapées, dont la plupart poursuivent toujours une carrière dans l’industrie ou dans des domaines connexes.

M. Peuramaki siège au comité consultatif pour « Projections », le festival international de films qui présente des films produits, écrits ou réalisés par des personnes handicapées, et pour l’Abilities Festival, qui sert de vitrine aux réalisations artistiques de personnes handicapées.

Récipiendaire de plusieurs prix, dont le prix « Into the Mainstream » de l’ACTRA, celui de la B'nai Brith pour le respect des droits de la personne dans les médias, un autre à l’International Film and TV Festival of New York Awards, sans oublier le prix des Columbus International Film and Video Festival Awards, M. Peuramaki est l’ardent défenseur d’une représentation fidèle, équitable et complète à la télévision et au cinéma de la riche mosaïque que constitue la société canadienne

Patrick Tanguay est conseiller en programmes et services corporatifs à l’Agence spatiale canadienne. Sa collaboration des deux dernières années à un organisme à but non lucratif appelé Kéroul dont l’objectif est de mettre au point et faire connaître des modes de tourisme accessibles aux personnes handicapées l’a amené à régler des situations caractéristiques comme l’accès aux restaurants, aux hôtels et aux musées.

À l’emploi de la fonction publique fédérale depuis 1999, M. Tanguay a d’abord travaillé au ministère du Développement des ressources humaines avant de se joindre à l’Agence spatiale canadienne en 2002 où il est actuellement chargé d’appliquer les programmes d’équité.

M. Tanguay détient un baccalauréat en Science politique (1995) de l’Université de Montréal et une maîtrise en Administration publique de l’École nationale d’administration publique (1997).

Enza Ronaldi travaille à la Direction générale de l’accessibilité pour l’Ontario comme coordonnatrice principale et son service assure la liaison entre les deux commissions consultatives chargées de conseiller le ministre ontarien des Services sociaux et communautaires sur l’application des deux lois, Ontarians with Disabilities Act et l’Accessibility for Ontarians with Disabilities Act.

Championne de l’accessibilité universelle et de la suppression des obstacles pour les personnes handicapées dans leur milieu de vie, Mme Ronaldi a occupé divers postes dans des organismes nationaux, provinciaux et locaux qui desservent et appuient les personnes handicapées, et elle a siégé à plusieurs conseils d’administration. Elle et son mari vivent à Toronto avec leurs deux fils âgés de 9 et 6 ans.

Leesa Levinson est membre actif de l’ACTRA Toronto depuis plus de dix ans. Cette comédienne professionnelle se consacre corps et âme à la promotion de sa cause en travaillant bénévolement au sein de commissions et de conseils professionnels reliés à son domaine de travail.

Mme Levinson a fait partie de plusieurs coalitions visant l’intégration de personnes handicapées dans les arts et les médias, dont l’Abilities Festival, le festival international de films « Projections » et le comité consultatif national d’Access 2 Entertainment. Elle a été consultée par le CRTC, l’ACR, ACTRA Toronto, ACTRA Fraternal et appelée à échanger avec le Media Access Office à Hollywood, en Californie, et le U.S. Screen Actors' Guild Disabilities Committee. Porte-parole de la Multiple Sclerosis Society de Scarborough depuis dix ans, Mme Levinson continue d’aspirer activement à comprendre, à défendre et à promouvoir le changement dans l’industrie canadienne du divertissement.

Janus Raudkivi a une longue expérience comme journaliste, photographe et relationniste. À la suite d’un grave accident cérébrovasculaire il y a sept ans, il a dû travailler avec acharnement à sa rééducation.

Avant son ACV, M. Raudkivi était photographe attitré au journal estonien Our Life et collaborait à la revue française L'Express. Il rédige maintenant une chronique dans l’hebdomadaire Estonian Life qui rejoint 3 500 abonnés et travaille à temps partiel pour le Toronto Sun.

M. Raudkivi est membre actif de plusieurs organisations dont la Baltic Federation in Canada, le Conseil central d'Estonie du Canada et le parti progressiste conservateur.

Gavin Lumsden est producteur délégué pour Rogers Television à Ottawa. Il s’occupe de planifier, mettre au point et produire la programmation produite par Rogers Television pour le canal 22 du câble. Avec treize ans d’expérience en télévision, M. Lumsden a commencé par travailler bénévolement au studio Lakeshore de Rogers à Toronto, avant de déménager à Ottawa pour mettre sur pied le Centre Rogers de sous-titrage codé pour malentendants. Expert reconnu en matière de sous-titrage codé, il a travaillé en formation, en consultation et en défense des droits auprès de nombreux organismes de production et de radiodiffusion. Il a aussi participé très activement à la rédaction du manuel de l'ACR sur les normes et le protocole pour le sous-titrage codé visant les télédiffuseurs de langue anglaise, qui a paru en 2003.

M. Lumsden a contribué à la création et la réalisation de plus de 2 000 émissions de Rogers et reçu de nombreux prix de l’industrie. En 1996, il mettait sur pied le premier bulletin de nouvelles entièrement accessible s’adressant et – mieux encore – intégrant des personnes sourdes ou malentendantes de la région d’Ottawa. L’émission intitulée « For Listening Eyes » a décroché le prix de l’ACTC pour l’innovation en matière de programmation télévisée. En 2005, ses réalisations dans le monde des affaires lui ont valu l’un des prix « Top 40 Under Forty » décernés par l’Ottawa Business Journal aux 40 principaux hommes d’affaires de moins de 40 ans. Il prépare actuellement un long métrage documentaire sur le professeur Sean Egan de l’Université d’Ottawa qui a trouvé la mort en tentant de battre le record du plus vieux Canadien à escalader le mont Everest.

M. Lumsden a une déficience majeure de l’audition et porte en permanence une prothèse auditive binaurale.

Rachael Ross, à titre de présidente de l’Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire (NEADS), a été appelée en trois ans à superviser de nombreux projets, dont : le Forum des leaders étudiants ayant une déficience qui vise à partager l’information et les suggestions pour favoriser l’embauche des personnes handicapées dans le marché du travail au Canada en prévoyant les aménagements nécessaires; Accès-succès : guide de l’employeur, qui formule et présente des solutions aux divers obstacles bloquant l’accès au marché canadien de l’emploi; et NOWS, un Système d’emplois en ligne qui fournit un véhicule unique et bilingue permettant aux entreprises d’afficher des offres d’emplois et de stages à l’interne ouverts tout spécialement aux étudiants et aux diplômés canadiens compétents qui ont une incapacité.

À titre de consultante en recherche sociale spécialisée dans les questions qui intéressent les personnes handicapées comme la politique sociale, les mouvements nationaux de défense, les tendances dans le marché du travail, les droits de la personne et l’éducation post-secondaire, Mme Ross s’est acquis une expertise incontestée dans les besoins des jeunes gens et des adultes handicapés en matière d’éducation et d’emploi et elle a participé à divers projets en ce sens pilotés par des organismes municipaux, provinciaux, fédéraux ou non gouvernementaux.

Mme Ross siège au conseil de Assistive Technology British Columbia Advisory Committee à Vancouver, est membre du comité de prise de contact de l’ACR touchant les questions se rapportant à la présence, à la représentation et au rôle des personnes handicapées dans les émissions de télévision canadiennes, et préside à Ottawa l’Accès aux documents scolaires pour les étudiantes et étudiants incapables de lire les imprimés. Elle est fréquemment appelée en tant qu’invitée ou conférencière à discuter de questions concernant la situation des personnes handicapées au Canada dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, des droits humains et des politiques.

Mme Ross s’est mérité plusieurs distinctions tant au niveau universitaire que sur le terrain pour l’ardeur avec laquelle elle défend ses causes. Elle s’est vu décerner deux années de suite le prix du Conseil des Canadiens avec déficiences (CCD) pour sa contribution au mouvement canadien pour la défense des droits des handicapés et elle était l’an dernier lauréate du prix Woman of Distinction.